Précautions en chimie

Un article du site scienceamusante.net.

Les précautions suivantes peuvent paraître contraignantes pour réaliser des expériences de chimie. Or il vaut mieux préserver le côté beau, passionnant et amusant de la chimie et éviter des incendies, des mauvaises surprises ou des blessures graves... Ces conseils s'appliquent à tout le monde car même le meilleur chimiste n'est pas à l'abri d'un accident !

Sommaire

1 Précautions de base en chimie expérimentale

1.1 Le laboratoire

C'est la pièce dans laquelle le chimiste peut travailler en toute sécurité, pour lui-même et pour les personnes extérieures. La pièce doit pouvoir se ventiler rapidement pour éviter que des gaz dangereux ou de mauvaises odeurs s'y accumulent.

1.2 La paillasse

Table de travail du chimiste, elle doit être solide, stable et propre, constituée de carrelage blanc facilement lavable (donc pas en bois, ni en plastique, ni en verre). Tout ceci car le chimiste doit pouvoir repérer les endroits souillés (gouttes, éclaboussures, etc) pour éviter d'y poser quelque chose et de le salir. Les endroits sales doivent être nettoyés à l'éponge et à l'eau, il faut donc disposer d'un évier avec l'eau courante à côté de la paillasse et, si possible, d'un égouttoir pour la verrerie.

Voir aussi : Nettoyage de verrerie

1.3 Équipements de protection (individuels ou collectifs)

1.3.1 Protection des yeux, de la peau

Port obligatoire de la blouse 100% coton et des lunettes de protection intégrale.

Les produits chimiques présentent souvent des dangers, c'est pour cette raison qu'il faut toujours se protéger en portant une blouse 100% coton (les matières synthétiques peuvent être attaquées par des solvants ou peuvent être inflammables), des lunettes de protection (en plus des lunettes de vue) et des gants adaptés. Les cheveux long doivent être attachés derrière la tête.

1.3.2 Extincteurs

À proximité de la paillasse doivent se trouver des extincteurs et couvertures anti-feu, en cas de début d'incendie. Prévoir la possibilité d'une douche de sécurité permettant l'arrosage en quelques seconde et à eau bien courante une personne se tenant debout. Attention, il existe plusieurs types d'extincteur selon la classe de feu :

  • Classe A : feux secs, de matériaux solides formant des braises (bois, charbon, papier, tissu…).
  • Classe B : feux gras, de liquides ou de solides liquéfiables (alcools, éthers, cétones, hydrocarbures, huiles, cires, caoutchouc…).
  • Classe C : feux gazeux (hydrogène, méthane, propane, butane, éthylène, acétylène…).
  • Classe D : feux de métaux (magnésium, aluminium, zinc, sodium, potassium…).

1.3.3 Protection des gaz, vapeurs, fumées

Lorsqu'une réaction dégage des gaz ou vapeurs inflammables ou toxiques, des particules fines solides (fumée) ou liquides (brouillards), il faut travailler sous une hotte aspirante ("sorbonne" de laboratoire) adaptée.

1.4 La verrerie, le matériel

Verreries, spatules, mortier, etc., doivent être propre et sec. D'où l'utilité d'un égouttoir et de papier absorbant à côté de l'évier. Lorsqu'il faut chauffer, utiliser de la verrerie de type Pyrex® qui résiste mieux aux hautes températures et aux chocs thermiques que la verrerie ordinaire (verre de silice ou borosilicate). Cependant, toujours se méfier des chocs thermiques importants (passage d'une flamme chaude à l'eau glacée, par exemple).

1.5 Le stockage des produits : règles et incompatibilités

Les flacons et les bouteilles de produits chimiques doivent être en bon état et placés dans une armoire, si possible ventilée et pouvant fermer à clef, loin de toutes sources de chaleur, lumière et vibrations et bien sûr hors de portée des enfants et animaux. Chaque flacon doit être correctement étiqueté.

Dans un laboratoire — et même chez soi ! — il est conseillé de respecter certaines règles, séparer certaines familles de produits. Le principe étant qu'en cas d'accident (brisure d'un récipient par exemple), il ne faut pas que cela provoque une réaction physique ou chimique qui provoque un suraccident de nature physique, chimique ou toxique. Par exemple :

  • Les composé instables SGH01 (explosibles, autoréactifs, peroxydes organiques) doivent être à part des autres. Éventuellement, certains produits sensibles à la chaleur doivent être stockés au réfrigérateur.
  • Séparer les combustibles (et réducteurs) SGH02 des comburants et oxydants SGH03.
  • Stocker les gaz sous pression SGH04 si possible en extérieur à l'abris de la chaleur et de l'humidité. En cas d'explosion, cela évite que l'onde de choc ne brise les autres flacons.
  • Séparer les acides des bases : attention, ces substances ont le même pictogramme "corrosif" SGH05.
  • Mettre les produits les plus toxiques SGH06 et cancérogènes SGH08 dans une armoire fermée à clé. Les produits nocifs ou simplement irritants SGH07 ne sont pas forcément à mettre sous clé.
  • Placer les bouteilles de solvants très volatils (bien souvent inflammables SGH02 ou toxiques SGH06SGH08), dans une armoire à part, munie d'une ventilation active vers l'extérieur : cela empêche une accumulation des vapeurs en intérieur.
  • Ranger les liquides en bas des étagères, car en cas de casse d'une bouteille, le liquide ne coulera pas sur tout le reste !
  • Installer les bouteilles de liquides dans un bac de rétention à haut bord et résistant aux attaques chimiques. Choisir un matériau adapté aux produits : en cas de casse d'une bouteille, ou de suintement du produit à travers le plastique de la bouteille, le bac ne doit pas être attaqué ! En même temps, cela protège les étagères et facilite ne le nettoyage régulier des armoires.

Le tableau suivant montre des incompatibilités pour le stockage (lire ci-dessous les remarques concernant quelques limites de pertinences de ce tableau).

Tableau-incompatibilites-chimiques-stockage.gif

Remarques importantes : ce tableau peut paraître simple à utiliser. Cependant attention, pour certains cas, des substances ayant un même pictogramme peuvent présenter des incompatibilités majeures. Les cas suivants doivent être considérés :

  • Le pictogramme corrosif SGH05 est indiqué aussi bien pour les acides que les bases, or il ne faudrait pas stocker ensemble les acides et les bases en raison de la forte réactivité entre eux si deux flacons venaient à se briser. Un stockage basé uniquement sur la présence de ce pictogramme n'est donc pas suffisant, il faut regarder plus en détail le caractère acido-basique des substances.
  • Idem pour les gaz comprimés SGH04 : on devrait stocker séparément les gaz inflammables SGH02 et les gaz comburants SGH03, sinon en cas de fuite un mélange gazeux explosif pourrait se produire. Pour les gaz inertes tels que N2, He, Ne, Ar, CO2, air comprimé, cela n'a pas d'importance.

2 Manipulations

Si vous êtes débutant et que manipuler des produits dangereux vous stresse, entraînez-vous à manipuler le matériel et à réaliser différentes opérations d'une manipulation avec de l'eau colorée. La quantité de gouttes colorées éparpillées sur la paillasse donne une indication de votre habileté !

Avant une manipulation délicate, il faut essayer de visualiser mentalement les mouvements à faire pendant quelques secondes. Une fois prêt, les mouvements ne doivent pas être hésitants.

Combustion d'une poudre pyrotechnique.

Anticiper autant que possible :

  • Prévoir si la réaction doit dégager de la chaleur, auquel cas utiliser des gants isolants (surtout pas de gants en latex) et prévoir un endroit résistant où poser le récipient.
  • Si la réaction doit produire un dégagement gazeux ou une ébullition, orienter l'ouverture du récipient vers un mur carrelé ou vers l'évier, prévoir des lunettes de protection intégrales et un endroit où poser le récipient. On peut aussi utiliser un écran de protection en plastique transparent épais.
  • Si une réaction produit beaucoup de lumière (combustions de poudres ou de magnésium), porter des lunettes de protection teintées. Éviter de fixer directement une flamme intense, sous peine d'être aveuglé pendant quelques secondes (phénomène de persistance rétinienne).

Il peut arriver qu'une réaction s'emballe rapidement. Dans ce cas ne pas s'affoler : poser le récipient dans (ou près de) l'évier, reculer de quelques mètres (à l'abri) et attendre la fin. Avec de petites quantités de produits, une telle réaction ne dure jamais plus de quelques secondes... Bien lire ce qui est écrit sur l'étiquette du flacon contenant le produit, car celle-ci donne des indications sur sa nature, son utilisation et son stockage, surtout pour les produits dangereux.

3 Ne pas...

  • Ne pas mélanger un acide concentré SGH05 et une base concentrée SGH05. Le dégagement de chaleur de la réaction pourrait faire des projection corrosives aux alentours !
  • Ne pas verser d’eau directement dans un acide SGH05 ou une base SGH05 concentrée, mais faire l'inverse pour faire une dilution : verser doucement l'acide ou la base concentrée dans l'eau. Le dégagement de chaleur de la réaction d'hydratation pourrait faire des projections corrosives aux alentours !
  • Ne pas approcher une flamme, une source d'étincelle ou une source d'électricité statique de produits inflammables SGH02, qu'ils soient liquides, solides ou gazeux.
  • Ne pas pipeter directement à la bouche. Utiliser une pipette automatique ou un piston de prélèvement (du style Propipette®).
  • Ne pas laisser un brûleur à gaz allumé dans une salle sans aération (porte ouverte, entrebâillement, hotte ou sorbonne en marche...). Toute combustion consomme du dioxygène de l'air, il y a un risque d’anoxie.
  • Ne pas jeter des produits chimiques toxiques SGH06SGH08 ou polluants SGH09 à l'égout ou dans la nature. Les apporter à une déchetterie spécialisée ou un laboratoire de traitement des déchets.
  • Ne pas se lancer inconsidérément dans une expérience inconnue, ou mettant en jeu des produits que l'on ne sait pas manipuler, ou mettant en jeu de grandes quantités de réactifs dangereux, ou produisant des dégagements gazeux pouvant être incontrôlables.

4 Ne jamais...

Afin d'éviter les catastrophes, nous vous conseillons de consulter une liste des réactions chimiques dangereuses. Notamment, ne jamais manipuler ou essayer de fabriquer :

  • des gaz de combats SGH06 :
Leur manipulation peut être fatale. Mourir par un tel produit est affreux. Si certains gaz de combats ont une odeur douce et agréable, une fois entrés dans les poumons ils évoluent pour y faire des ravages. D'autres sont si toxiques que quelques gouttes sur la peau suffisent pour mourrir : ils traversent la peau en 20 minutes environ. En fait plusieurs produits extrêmement dangereux sont très faciles à faire, tellement qu'il serait utile d'en dresser une liste. Le problème est qu'une telle liste mise dans de mauvaises mains aurait des conséquences lourdes...
  • des explosifs SGH01 :
Les explosifs exercent une fascination sur de nombreux chimistes amateurs, surtout débutants… La fabrication est déjà naturellement dangereuse mais ce qui l'est bien plus est l'instabilité du produit obtenu. Quand l'explosion a lieu sans qu'on s'y attende il peut y avoir des dégâts et surtout de graves blessures telles que : tympans percés (perte de l'audition), mains arrachées, brûlure irréversible des yeux, visage gravement brûlé.

5 Liens

  • Pour en savoir plus sur la sécurité en chimie, consultez le site de l'INRS.
Outils personnels